LA COURSE À LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

C’est un effroyable événement qui s’est passé le 7 janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo. Deux hommes armés se sont introduit dans les bureaux du journal, et ont abattu froidement 12 personnes. Les jours qui suivirent feront 5 victimes de plus, faisant au total 17 morts. Le pays connaît une période des plus sombres de son temps.

Un début d’année maussade
La France débute cette année 2015 sous le signe du deuil. Les événements de ces derniers jours resteront profondément ancrés dans les esprits. Notre 11 septembre disent-ils ? Certes, peut être pas à une échelle similaire, mais la tristesse et le choc n’en sont pas moindre. Aujourd’hui, des personnes sont mortes au nom de l’humour et de la dérision. Des personnes sont mortes car elles dessinaient. Des personnes sont mortes pour la protection d’autrui. Des personnes sont mortes car elles se sont trouvées au mauvais endroit, au mauvais moment. Aujourd’hui, en plus des victimes, c’est la liberté d’expression qui a été touchée. Celle qui me permet aujourd’hui d’écrire cet article. Celle pour laquelle beaucoup d’hommes se sont battus, et continuent de se battre. Celle pour laquelle des millions de gens se sont réunis à travers la France entière, et la surface du globe, afin de dénoncer cet acte odieux.

Une solidarité universelle
Mais au lieu de parler de course, en référence au titre de cet article, parlons avant tout de marche, et plus exactement de marche républicaine.
En plus de la France, la Terre entière a été touchée par ce carnage. Les marches se sont multipliées au 4 coins du monde. Tous se sont réunis, jeunes et moins jeunes, toutes religions confondues sous le slogan « Je suis Charlie ». L’heure est au soutien, et non à la division. Il faut éviter les amalgames et la violence. Un crayon contre une arme, là est le vrai combat. Mais c’est un combat de tout les jours, alors n’oublions pas cette vérité. Ce drame aura eu pour effet de lever une France plus forte, plus unie, en espérant que les choses ne s’estompent pas avec le temps qui passe.

Poursuivons le combat
Paris n’avait plus vu autant de monde se réunir depuis sa libération en 1944, et si l’ambiance est chargée en émotions, il n’en est pas moins pour les différentes villes françaises. Drapeaux français, pancartes engagées, stylos en l’air.. tout est bon pour démontrer son soutien et son implication. Sous le ciel bleu ou grisonnant, de bon matin ou à la tombée de la nuit, les gens ne tardent pas à occuper de pied ferme les villes, alternant minute de silence et divers chants, dont la fameuse chanson « Je suis Charlie » spécialement écrite par le tarbais Jean-Baptiste Bullet. Espérons que cette effervescence ne soit pas seulement passagère, et continue d’unir les gens autour de cette même cause.

Mélodie FOURCADE

IMG_1177

IMG_1175

IMG_1174

IMG_1170

IMG_1157

IMG_1149

IMG_1143

IMG_1134

IMG_1127

IMG_1111

IMG_1107

IMG_1099